J'suis définitivement ND... et fière de l'être

Publié le par Virginie SABATIER

Souvenir d'une récolte d'automne

Souvenir d'une récolte d'automne

En cette fin d'année difficile, en attendant le regain du printemps,  des questions me viennent ? Qui suis je ? Pour se définir dans notre société, nous sommes ce que nous faisons.

Loin de la Paysanne qu'était ma grand mère, je suis... Mais que suis je ? Agricultrice ? Oui, je cultive la terre, je la rends plus fertile et j'améliore mes productions. et si peu.

Oui, je suis agronome, comptable, gestionnaire, expérimentatrice, négociatrice, oratrice, marketeuse, prospectrice, dame d'entretien, mécanicienne, livreuse, syndicaliste, vendeuse, blogueuse, twitteuse, pédagogue, conservatrice de patrimoine (et tout ce que j'oublie) et si peu.

Oui, je croyais qu'en gardant à tous prix l'héritage de mes ayeux, en le rendant plus fertile, en tenant contre vents (non, pas de marées, je suis loin des plages) et pluies, en investissant, en travaillant encore et toujours pour améliorer mes performances, en me diversifiant, en tenant debout tout simplement, oui, je croyais...

Je rêvais, d'un monde agricole avec pleins de Bisounours heureux et fiers, oui, je rêvais d'un monde agricole où la misère aurait disparue, oui, je rêvais d'un monde agricole où le fruit de notre produit nous permettrait d'acquérir du capital. Ce capital, de la terre, des bâtiments,des animaux, des arbres où nous y mettrions tout notre amour. Ce capital, qui nous tiendrait aux tripes, et nous tiendrait à un pieu. Oui, je rêvais que l'on puisse valoriser ce capital, le transmettre, le développer. Oui, je rêvais. Et...

Economiquement, je vends mes produits à un prix 2 fois inférieur au prix des années 80. Je ne vous présente pas les tableurs complexes pour vous faire comprendre que le résultat a du mal à décoller du 0  et....

Socialement, attachée à ma terre, à mon héritage, je suis contrainte physiquement à mon historique. Ma situation économique ne me permet pas de partager les 2500 heures de travail annuel et alourdit considérablement mon attitude. Savoir d'où on vient m'a permis de savoir où aller. Mais quand ma route n'est faite que de chemins sinueux, là aussi, pas de grandes équations pour comprendre que ma situation est difficilement tenable et...

Ecologiquement, dans ce monde rempli d'antagonismes, je fais au mieux, même si c'est certainement insuffisant !!! Loin d'être standardisée, loin d'être globalisée, j'essaie de prendre le meilleur de chaque système, de l'adapter toujours et encore mais....

Alors, je ne serai pas durable (définition de la PAC 1999) ?

Oui, je ne suis pas durable mais je suis fière de ne pas l'être.

Je suis fière de trouver aberrant  ces prix délirants, de refuser de produire à perte (leçon de CM1 : Le maître " en France, il est interdit de produire à perte". L'élève : " Mais Monsieur, si on vend moins cher, on va nous acheter plus ?!!!!" "Oui, mais dans ce cas, tu ne peux pas vivre.)

Je suis fière d'arriver à tenir dans les périodes difficiles, d'avoir l'énergie pour innover, investir, progresser

Je suis fière de produire en enthalpie pour que l'anthropie se réalise. Dégrader ici pour ne pas polluer ailleurs.

Oui, je suis fière de nourrir plus de 600 personnes par an. Oui, tant que je tiendrai, je continuerai !

 

 

J'suis définitivement ND... et fière de l'être

Commenter cet article